actualités

 

RÉDUIRE LES RISQUES ASSOCIÉS À LA LÉGIONELLE DANS LES SYSTÈMES D’EAU POTABLE

Le Groupe Gesfor

1 avr. 2013

La maladie du légionnaire

La « maladie du légionnaire » a été décrite pour la première fois en 1976 à la suite de l’éclosion d’une forme mortelle de pneumonie à un congrès de l’American Legion à Philadelphie. Le microorganisme responsable de cette éclosion a été nommé Legionella pneumophila.

La maladie du légionnaire, pneumonie causée par l’inhalation d’eau sous forme d’aérosol (microgouttelettes aéroportées) contenant la bactérie de la légionelle, est potentiellement grave, parfois mortelle, notamment pour les personnes immunodéprimées, les personnes âgées, les fumeurs et les buveurs excessifs. Le taux de mortalité des personnes infectées peut varier de 10 % à 20 %.

Facteur de risque de prolifération dans les systèmes d’eau domestique

La légionelle vit naturellement dans les lacs, les cours d’eau et les sols. Elle préfère l’eau tiède dont la température est supérieure à 20 °C et ne survit généralement pas dans des eaux à plus de 60 °C. La fourchette optimale de prolifération de la légionelle est comprise entre 35 °C et 45 °C. Plus la température de l’eau se rapproche de 60 °C, plus le taux de prolifération diminue. La plage de décontamination thermique se situe entre 70 °C et 80 °C.

Les tours de refroidissement à l'eau sont les milieux propices à une prolifération potentiellement dangereuse de la légionelle les plus connus. Toutefois, lorsque les conditions sont favorables, les systèmes d’eau potable peuvent présenter un risque plus important que les tours de refroidissement. Les conditions ou les systèmes pouvant favoriser la prolifération de la légionelle comprennent :

  • la présence de biofilm dans les réservoirs, les tuyaux ou d’autres récipients;
  • les réservoirs de stockage d’eau chaude domestique;
  • les tronçons morts dans les tuyauteries d’eau froide ou chaude.

Le biofilm (dépôts gélatineux de protozoaires, d’amibes, etc.) peut se former sur les surfaces à l’intérieur des systèmes d’eau froide et chaude, surtout si ces derniers sont corrodés ou entartrés par de l’eau dure. Or, la présence de biofilm et les surfaces rugueuses des parois de la tuyauterie protègent toute bactérie de la légionelle contre la désinfection à température élevée.

Les réservoirs de stockage d’eau chaude sont une source de prolifération de la légionelle, en particulier si les éléments chauffants (serpentins) n’atteignent pas le fond de la cuve, permettant ainsi la création de zones froides. Les raccords de tuyauterie situés au-dessus du fond du réservoir entrainent l’accumulation de sédiments.

Le biofilm (dépôts gélatineux de protozoaires, d’amibes, etc.) peut se former sur les surfaces à l’intérieur des systèmes d’eau froide et chaude.

Ces facteurs combinés favorisent la prolifération de la légionelle dans les sédiments, qui peuvent être libérés dans l’eau chaude distribuée si une variation de la pression de l’eau (ex. : coupure d’eau) survient. Les bactéries présentes peuvent être disséminées sous forme d’aérosol par l’intermédiaire des aérateurs de robinet et des pommes de douche. Idéalement, la température de l’eau dans les réservoirs de stockage d’eau chaude devrait être maintenue à 60 °C afin de réduire la prolifération de la légionelle. Cependant, une eau amenée aux points de distribution à cette température peut causer de graves brûlures, notamment aux personnes âgées et aux jeunes enfants.

Révision obligatoire du programme d’entretien des tours de refroidissement

Depuis l’entrée en vigueur, le 27 mars 2013, du nouveau règlement sur l’entretien des tours de refroidissement à l’eau (section VII du chapitre Bâtiment du Code de sécurité), tous les propriétaires de ce type d’installations ont eu à mettre en place un programme d’entretien.

Élaboré et signé par au moins un membre d’un ordre professionnel, comme l’Ordre des ingénieurs du Québec, le programme d'entretien doit notamment inclure les procédures de mise en hivernage, d’arrêt et de redémarrage pendant les périodes de service, de nettoyage, de décontamination et de maintien de la qualité de l'eau, dans le but de préserver l’intégrité des tours de refroidissement et de limiter la prolifération de la légionelle.

Il est important de noter que le règlement impose aussi une révision du programme tous les cinq ans.

De plus, selon l’article 404 du nouveau règlement, il est obligatoire de réviser le programme d’entretien à la suite des situations suivantes :

  • Une modification de l’installation de la tour de refroidissement à l’eau affectant le programme d’entretien;
  • Un changement dans la procédure de maintien de la qualité de l’eau;
  • L’utilisation de la procédure de décontamination.

En conclusion, une approche proactive de la gestion de l’eau, en particulier pour les bâtiments desservis par des tours de refroidissement, est nécessaire. En effet, contrairement à la plupart des problèmes reliés à la qualité de l’air intérieur, une éclosion de légionelle peut avoir des conséquences importantes, comme la propagation d’une maladie grave, voire mortelle. Les méthodes utilisées pour détecter et éliminer les risques associés à la légionelle doivent être appliquées avec rigueur et nécessitent une connaissance étendue des systèmes hydriques des bâtiments ainsi que des caractéristiques de la légionelle.


Partager cet article
               

 
À propos DE GESFOR

Présent dans toute la province du Québec, Le Groupe Gesfor se spécialise en environnement, en sciences du bâtiment et en santé, sécurité et hygiène du travail.



ContacTEZ-NOUS
Siège social
6705, rue Jean-Talon Est, bur. 211, Montréal (Québec)  H1S 1N2

Téléphone : 514-251-1313

Sans frais : 1-800-529-5870
Demande D'INFORMATION
 
 
 
© Le Groupe GESFOR Poirier, Pinchin inc.    
    Membre de The Pinchin Group
Réalisation Logicia.ca